Dépression : tout ce que vous devez savoir pour vous en sortir.

man in black shirt and gray denim pants sitting on gray padded bench

Mal du siècle, souvent caché, même aux plus proches amis, la dépression est un mal qui touche une partie importante de la population. Lorsque ce trouble médical, très grave, vous touche ou touche une de vos connaissances, il est urgent d’agir. Afin de comprendre ce dont il s’agit, nous allons réaliser un état des lieux des connaissances actuelles et des solutions existantes pour que cette période délicate devienne un mauvais souvenir.

Qu’est ce que la dépression ?

La dépression est classée parmi les troubles de l’humeur. Elle peut être décrite comme un sentiment de tristesse, de perte ou de colère qui interfère plus ou moins avec les activités quotidiennes d’une personne. Elle se manifeste de diverses manières selon la personnalité de la personne atteinte, mais représente dans tous les cas une urgence à traiter.

La dépression est une maladie très répandue au niveau mondial : elle touche environ 280 millions de personnes dans le monde et l’Inserm estime à 20 % la part de la population française qui souffre au moins une fois dans sa vie de cette affection.

La dépression constitue également un facteur de risque important de suicide : le risque de tentative de suicide est multiplié par 30 en cas d’épisode dépressif d’après le site Internet de l’Inserm.

Bien que la dépression et le deuil partagent certaines caractéristiques, la dépression est différente du chagrin ressenti après la perte d’un être cher ou de la tristesse ressentie après un événement de vie traumatisant. La dépression s’accompagne généralement d’un dégoût de soi ou d’une perte d’estime de soi, ce qui n’est généralement pas le cas du deuil.

woman looking at sea while sitting on beach -Photo by Pixabay on Pexels.com

Dans le deuil, les émotions positives et les souvenirs heureux de la personne décédée accompagnent généralement les sentiments de douleur émotionnelle. Dans le cas du trouble dépressif majeur, le sentiment de tristesse est constant et persistant.

Il existe différentes façon de vivre une dépression. Elle peut interférer avec votre travail quotidien, entraînant une perte de temps et une baisse de productivité. Elle peut également influencer négativement les relations avec autrui et certains problèmes de santé chroniques.

Par exemple, il a été montré un lien entre la dépression et l’aggravation de ces affections :

  • L’arthrite
  • L’asthme
  • Le cancer
  • Le diabète
  • L’obésité
  • Les maladies cardiovasculaires

Il est important de réaliser que se sentir parfois déprimé est tout à fait normal pour n’importe qui. Les événements tristes et bouleversants arrivent à tout le monde. Par contre, si vous vous sentez régulièrement déprimé ou désespéré, vous pourriez souffrir de dépression.

Symptômes de la dépression

La dépression, lorsqu’elle est suffisamment avancée pour agir sur notre organisme, peut provoquer de nombreux symptômes. Certains affectent votre humeur, d’autres votre corps. Les symptômes peuvent également être permanents ou apparaître et disparaître selon l’avancement de la dépression ou selon l’avancée de l’année pour la dépression saisonnière. En effet, de nombreuses personnes font face à une dépression automnale. Est-ce causé par la baisse de la lumière relative à cette période de l’année, impactant la quantité de vitamine D absorbée ?

Effets sur le corps de la dépression

Les personnes souffrant de dépression ne présentent pas toutes les mêmes symptômes. La gravité des symptômes, leur fréquence et leur durée peuvent varier.

Si vous présentez certains des signes et symptômes suivants plusieurs jours pendant au moins deux semaines, vous souffrez peut-être de dépression :

  • Un sentiment de tristesse, d’anxiété
  • Une fatigue inhabituelle
  • Un sentiment de désespoir, d’inutilité
  • Un pessimisme exacerbé
  • Un sentiment de vide
  • Un chagrin inconsolable
  • Un sentiment d’ennui
  • Un sentiment d’agacement ou de colère
  • Une perte d’intérêt pour les activités que vous appréciez en temps normal
  • Une baisse globale d’énergie
  • Une difficulté à vous concentrer
  • Une difficulté à prendre des décisions, même simples
  • Une insomnie inhabituelle, une difficulté à dormir ou au contraire un besoin de sommeil inhabituellement élevé.
  • Un changement important dans vos habitudes alimentaires, votre appétit
  • Une variation inexpliquée de votre poids
  • Une ou plusieurs douleurs physiques chroniques sans cause identifiée qui ne s’améliore pas avec un traitement (maux de tête, courbatures, problèmes digestifs, crampes, picotements, sensation de brûlures sur la peau…)
  • Des pensées négatives voire même suicidaires

Les symptômes de la dépression peuvent être ressentis différemment chez les hommes, les femmes, les adolescents et les enfants. Dans tous cas, n’hésitez pas à parler de vos symptômes à votre médecin. Si vous avez en particulier des pensées suicidaires, n’hésitez pas à téléphoner au numéro d’urgence national de prévention des suicides : 3114.

Les causes de la dépression

Il existe plusieurs causes possibles pouvant amener à se retrouver dans un état de dépression. Elles peuvent aller des facteurs biologiques aux facteurs environnementaux ou circonstanciels.

Facteurs de dépression les plus courants

La chimie du cerveau

Il peut y avoir un déséquilibre chimique dans les parties du cerveau qui gèrent l’humeur, les pensées, le sommeil, l’appétit et le comportement chez les personnes souffrant de dépression.

Niveaux hormonaux

Les femmes sont plus soumises aux changements hormonaux. Ces changements concernant les hormones féminines (œstrogène et progestérone) au cours de différentes périodes, comme le cycle menstruel, la période post-partum, la périménopause (baisse de progestérone et variation du niveau d’œstrogènes) ou la ménopause, peuvent augmenter le risque de dépression.

Les antécédents familiaux

Vous êtes plus à risque de développer une dépression si vous avez des antécédents familiaux de dépression ou d’un autre trouble de l’humeur.

Traumatisme de la petite enfance

Certains événements affectent la façon dont votre corps réagit à la peur et aux situations stressantes. Malheureusement, certaines situations vécues dans votre enfance, qu’elles vous semblent importantes ou non, peuvent impacter grandement votre bien être psychique.

La structure du cerveau

Le risque de dépression est plus élevé si le lobe frontal de votre cerveau est moins actif. Cependant, à ce jour, les scientifiques ne savent pas si cela se produit avant ou après l’apparition des symptômes dépressifs.

Maladie ou affection déjà présente

Certaines affections peuvent vous exposer à un risque plus élevé de dépression, comme les maladies chroniques, l’insomnie, les douleurs chroniques, la maladie de Parkinson, les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques et le cancer.


Consommation de substances psychoactives

Des antécédents de toxicomanie ou d’alcoolisme peuvent influer sur votre risque de développer une dépression. En cas de besoin ou si vous vous sentez concerné par cette problématique, vous pouvez contacter alcool-info-service au 0980 980 930.

La douleur

Les personnes qui ressentent des douleurs émotionnelles ou physiques chroniques pendant de longues périodes sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de dépression sur la durée.


Facteurs de risque

Les facteurs de risque de la dépression peuvent être biochimiques, médicaux, sociaux, génétiques ou environnementaux. Les facteurs de risque courants sont les suivants :

Le sexe et la génétique

La prévalence de la dépression majeure est deux fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes. De même, vous avez un risque accru de dépression si vous avez des antécédents familiaux.

Le statut socio-économique

Le statut socio-économique, y compris les problèmes financiers et la perception d’un statut social faible, peut augmenter le risque de dépression.

Les médicaments

Certains médicaments, dont certains types de contraceptifs hormonaux, les corticostéroïdes et les bêtabloquants, peuvent être associés à un risque accru de dépression.

close up photography of pills - Photo by Pixabay on Pexels.com

Une carence en vitamine D

Une étude scientifique a établi un lien entre les symptômes dépressifs et de faibles niveaux de vitamine D. Un bain de soleil régulier semble donc indispensable à notre organisme !

L’identité sexuelle

Question de plus en plus mise en avant dans notre société, l’identité sexuelle est un facteur de risque de dépression chez les personnes transgenres. Une étude a montré que ces populations sont plus à risque d’un facteur 4 en comparaison avec les personnes cisgenres.


La présence de maladies

La dépression est associée à d’autres maladies médicales chroniques. Les personnes atteintes d’une maladie cardiaque sont environ deux fois plus susceptibles de souffrir de dépression que les personnes qui n’en souffrent pas, tandis que jusqu’à 1 personne sur 4 atteinte d’un cancer peut également souffrir de dépression.
Les causes de la dépression sont souvent liées à d’autres éléments de votre santé.

Traitement de la dépression

Vous pouvez réussir à gérer les symptômes avec une seule forme de traitement, ou vous pouvez trouver qu’une combinaison de traitements fonctionne mieux. Il est courant d’associer des traitements médicaux et des thérapies liées au mode de vie, notamment les suivants :

Médicaments

Votre professionnel de santé peut vous prescrire :

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS).

Les ISRS sont les antidépresseurs les plus couramment prescrits et ont tendance à avoir peu d’effets secondaires. Ils traitent la dépression en augmentant la disponibilité du neurotransmetteur sérotonine dans votre cerveau.

Les ISRS ne doivent pas être pris avec certains médicaments, notamment les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) et, dans certains cas, la thioridazine ou l’Orap (pimozide).

Les femmes enceintes doivent consulter leur médecin pour connaître les risques liés à la prise d’ISRS pendant la grossesse. Vous devez également faire preuve de prudence si vous souffrez d’un glaucome à angle étroit.

Parmi les ISRS, citons le citalopram, l’escitalopram, la fluvoxamine…

Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN)

Les IRSN traitent la dépression en augmentant la quantité des neurotransmetteurs sérotonine et noradrénaline dans votre cerveau.

Les IRSN ne doivent pas être pris avec les IMAO. Vous devez faire preuve de prudence si vous avez des problèmes de foie ou de rein, ou un glaucome à angle étroit.

Les antidépresseurs tricycliques et tétracycliques

Les antidépresseurs tricycliques (TCA) et les antidépresseurs tétracycliques (TECA) traitent la dépression en augmentant la quantité des neurotransmetteurs sérotonine et norépinéphrine dans votre cerveau.

Les TCA peuvent provoquer plus d’effets secondaires que les ISRS ou les IRSN. Ne prenez pas de TCA ou de TECA avec des IMAO. Utilisez-les avec prudence si vous souffrez d’un glaucome à angle étroit.

Il existe de nombreux types d’antidépresseurs, nous vous en avons présenté les plus courants. Ces médicaments ne peuvent être prescrits que par votre médecin. Seul celui-ci pourra juger de la pertinence ou non de vous administrer un tel médicament. L’objectif de ce site est de vulgariser les informations relatives au stress et à l’anxiété. Votre médecin pourra vous apporter toutes les informations nécessaires à votre compréhension.

Il existe bien entendu de nombreuses autres pistes pour traiter la dépression, comme la psychothérapie.

Psychothérapie

Parler avec un thérapeute peut vous aider à acquérir des compétences pour faire face aux sentiments négatifs. Vous pouvez également bénéficier de séances de thérapie familiale ou de groupe.

crop ethnic psychologist writing on clipboard during sessionPhoto by Alex Green on Pexels.com

La psychothérapie, également connue sous le nom de « thérapie par la parole », consiste à parler à un thérapeute qualifié afin d’identifier et d’apprendre à gérer les facteurs qui contribuent à son état de santé mentale, comme la dépression.

Il a été démontré que la psychothérapie est un traitement efficace pour améliorer les symptômes des personnes souffrant de dépression et d’autres troubles psychiatriques.

La psychothérapie est souvent utilisée parallèlement à un traitement pharmaceutique. Il existe de nombreux types de psychothérapie, et certaines personnes répondent mieux à un type qu’à un autre.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

Dans le cadre de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), un thérapeute travaille avec vous pour découvrir des schémas de pensée « malsains » et identifier comment ils peuvent être à l’origine de comportements, de réactions et de croyances néfastes à votre égard.

Votre thérapeute peut vous assigner des « devoirs » dans lesquels vous vous exercez à remplacer les pensées négatives par des pensées plus positives.

Thérapie comportementale dialectique (TCD)

La thérapie comportementale dialectique (TCD) est similaire à la TCC, mais elle met l’accent sur la validation, c’est-à-dire l’acceptation des pensées, des sentiments et des comportements inconfortables, au lieu de les combattre.

La théorie veut qu’en acceptant vos pensées ou émotions néfastes, vous puissiez accepter que le changement est possible et élaborer un plan de rétablissement.

La thérapie psychodynamique

La thérapie psychodynamique est une forme de thérapie par la parole conçue pour vous aider à mieux comprendre et à mieux gérer votre vie quotidienne. La thérapie psychodynamique repose sur l’idée que votre réalité actuelle est façonnée par vos expériences inconscientes de l’enfance.

Dans cette forme de thérapie, votre thérapeute vous aidera à réfléchir et à examiner votre enfance et vos expériences pour vous aider à comprendre et à faire face à votre vie.

Avant de trouver le bon thérapeute, il est nécessaire de bien réfléchir à votre besoin et à la thérapie la plus adaptée. Si vous n’arrivez pas à vous positionner, demandez à votre thérapeute de réaliser 3 séances d’essai afin de faire un point de situation avant de continuer ou d’arrêter. N’arrêtez pas au bout d’une première séance de psychothérapie, il faut parfois du temps pour aller au fond des choses.

Luminothérapie

L’exposition à des doses de lumière blanche pourrait aider à réguler votre humeur et à améliorer les symptômes de la dépression. La luminothérapie est couramment utilisée dans le cas du trouble affectif saisonnier, qui est maintenant appelé trouble dépressif majeur à tendance saisonnière.

La luminothérapie est un traitement qui permet de resynchroniser l’horloge biologique par utilisation de la lumière artificielle à haute intensité (entre 2500 et 10000 lux), afin de recréer la lumière du soleil.

brown and green grass field during sunset -Photo by Jonathan Petersson on Pexels.com

La luminothérapie stimule les neurotransmetteurs de la rétine et permet d’inhiber la sécrétion de mélatonine en journée au profit de la sérotonine, hormone nous permettant d’être alerte tout au long de la journée.

Une étude en 1984 du Docteur Norman E. Rosenthal a montré son effet bénéfique et ses résultats prometteurs sur des patients souffrants d’une dépression saisonnière. En France, il aura fallu attendre 2011 pour que la luminothérapie soit reconnue comme traitement efficace.

Retrouvez plus d’informations et une sélection de lampes de luminothérapie dans notre article dédié à l’insomnie.

Électroconvulsivothérapie (ECT)

L’électroconvulsivothérapie (ECT) utilise des courants électriques pour provoquer une crise, et il a été démontré qu’elle pouvait aider les personnes souffrant de dépression. Elle est utilisée chez les personnes souffrant de dépression grave ou de dépression résistante aux autres traitements ou aux antidépresseurs.

Pendant une procédure d’ECT, vous recevrez un agent anesthésiant qui vous endormira pendant environ 5 à 10 minutes.

Votre professionnel de santé placera des électrodes de surveillance cardiaque sur votre poitrine et quatre électrodes sur des zones spécifiques de votre tête. Il délivrera ensuite de courtes impulsions électriques pendant quelques secondes. Vous n’aurez pas de convulsions et ne sentirez pas le courant électrique. Vous vous réveillerez environ 5 à 10 minutes après le traitement.

Les effets secondaires comprennent les maux de tête, les nausées, les douleurs musculaires et la confusion ou la désorientation.

Les patients peuvent également développer des problèmes de mémoire, mais ceux-ci disparaissent généralement dans les semaines et les mois qui suivent le traitement.

Thérapies alternatives

Demandez à votre médecin de vous parler des thérapies alternatives pour la dépression. De nombreuses personnes choisissent d’utiliser des thérapies alternatives parallèlement à la psychothérapie traditionnelle et aux médicaments. En voici quelques exemples :

La méditation

Le stress, l’anxiété et la colère sont des déclencheurs de la dépression, mais la méditation peut aider à modifier la façon dont votre cerveau réagit à ces émotions. Des études montrent que les pratiques de méditation peuvent contribuer à améliorer les symptômes de la dépression et à réduire les risques de rechute.

gray monk statue in between plant pots -Photo by Mike B on Pexels.com


L’acupuncture

L’acupuncture est une forme de médecine traditionnelle chinoise qui peut aider à soulager certains symptômes de la dépression. Pendant l’acupuncture, un praticien utilise des aiguilles pour stimuler certaines zones du corps afin de traiter toute une série d’affections. La recherche récente (2017) suggère que l’acupuncture peut aider les traitements cliniques à mieux fonctionner et peut être aussi efficace que d’autres thérapies dans la gestion de la dépression.

Remèdes naturels et conseils sur le mode de vie


Exercice physique

Visez 30 minutes d’activité physique 3 à 5 jours par semaine. L’exercice peut augmenter la production d’endorphines par votre corps, des hormones qui améliorent votre humeur.

Évitez de consommer de l’alcool

Boire de l’alcool peut vous faire vous sentir mieux pendant un certain temps. Il ne s’agit que d’une illusion. A long terme, ces substances peuvent aggraver les symptômes de la dépression et de l’anxiété.

Apprenez à fixer des limites

Le sentiment d’être dépassé par les événements peut aggraver les symptômes de l’anxiété et de la dépression. Fixer des limites dans votre vie professionnelle et personnelle peut vous aider à vous sentir mieux.

Prenez soin de vous

Vous pouvez également améliorer les symptômes de la dépression en prenant soin de vous. Cela implique de dormir suffisamment, d’avoir une alimentation saine, d’éviter les personnes négatives et de participer à des activités agréables.

Compléments alimentaires contre la dépression

Plusieurs types de compléments alimentaires peuvent avoir un effet positif sur les symptômes de la dépression.

S-adénosyl-L-méthionine (SAMe)

Certaines recherches menées suggèrent que ce composé peut atténuer les symptômes de la dépression. Les effets ont été mieux observés chez les personnes prenant des ISRS. Cependant, les résultats de cette recherche ne sont pas concluants et des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de démontrer la réelle efficacité ou non de cette substance.

5-hydroxytryptophane (5-HTP)

Le 5-HTP peut augmenter le taux de sérotonine dans le cerveau, ce qui pourrait atténuer les symptômes d’une dépression. Votre organisme fabrique cette substance chimique lorsque vous consommez du tryptophane, un élément constitutif des protéines. Cependant, d’autres études sont nécessaires là aussi pour montrer définitivement l’apport de cette substance.

Les acides gras oméga-3

Ces graisses essentielles sont importantes pour le développement neurologique et la santé du cerveau. L’ajout de suppléments d’oméga-3 à votre alimentation peut aider à réduire les symptômes de la dépression. Cependant, il existe des preuves contradictoires et des recherches supplémentaires sont nécessaires là aussi.

Vitamines

Les vitamines sont importantes pour de nombreuses fonctions corporelles. La recherche suggère que deux vitamines sont particulièrement utiles pour atténuer les symptômes de la dépression :

La vitamine B : les vitamines B-12 et B-6 sont essentielles à la santé du cerveau. Lorsque votre taux de vitamine B est faible, votre risque de développer une dépression peut être plus élevé.

La vitamine D : parfois appelée « vitamine du soleil », la vitamine D est importante pour la santé du cerveau, du cœur et des os. Il pourrait y avoir un lien entre la carence en vitamine D et la dépression, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter la sélection des meilleurs compléments alimentaires du site complement-nutrition.fr.

Types de dépression

La dépression peut être divisée en catégories en fonction de la gravité des symptômes. Certaines personnes connaissent des épisodes légers et temporaires, tandis que d’autres connaissent des épisodes dépressifs graves et continus.

Il en existe deux types principaux : le trouble dépressif majeur et le trouble dépressif persistant.

Le trouble dépressif majeur

Le trouble dépressif majeur (TDM), appelé aussi trouble unipolaire, est la forme la plus grave de dépression. Il se caractérise par des sentiments persistants de tristesse, de désespoir et d’inutilité qui ne disparaissent pas d’eux-mêmes.

Pour qu’un diagnostic de dépression clinique soit posé, vous devez présenter au moins cinq des symptômes suivants sur une période de deux semaines :

  • Un sentiment de déprime la plupart du temps
  • Une perte d’intérêt pour la plupart des activités habituelles
  • Une modification significative de votre poids
  • Une modification importante de votre cycle de sommeil
  • Un ralentissement de la pensée ou de vos mouvements
  • Un manque d’énergie la plupart des jours
  • Une fatigue inhabituelle
  • Un sentiment de dévalorisationU
  • Une perte de concentration ou une difficulté à prendre des décisions
  • Des pensées de mort ou de suicide.

Les symptômes de la dépression peuvent être ressentis différemment chez les hommes, les femmes, les adolescents et les enfants. Dans tous cas, n’hésitez pas à parler de vos symptômes à votre médecin. Si vous avez en particulier des pensées suicidaires, n’hésitez pas à téléphoner au numéro d’urgence national de prévention des suicides : 3114.


Le trouble dépressif récurrent

Le trouble dépressif récurrent (dépression chronique) était autrefois appelé dysthymie. Il s’agit d’une forme plus légère, mais chronique, de dépression.

Pour que le diagnostic soit posé, les symptômes doivent durer au moins 2 ans. Les TED peuvent affecter votre vie davantage que la dépression majeure car ils durent plus longtemps.

Il est fréquent que les personnes atteintes de TED :

  • Se désintéressent des activités quotidiennes normales
  • Se sentent désespérées
  • Manquent de productivité
  • Présentent une perte d’estime de soi

La dépression du post-partum

La dépression post-partum désigne la dépression qui survient après l’accouchement. Il s’agit d’un trouble courant après la grossesse, qui touche 1 nouveau parent sur 9.

Il est courant de ressentir un « baby blues », c’est-à-dire un sentiment de tristesse ou de vide après l’accouchement. Pour beaucoup de personnes, ces symptômes disparaissent en quelques jours.

Mais si vous vous sentez triste, désespérée ou vide pendant plus de deux semaines après l’accouchement, vous souffrez peut-être de dépression post-partum.

Les chercheurs pensent que la dépression post-partum est déclenchée par les changements hormonaux spectaculaires qui se produisent après la grossesse.

Les symptômes de la dépression du post-partum peuvent aller de légers à graves et peuvent comprendre :

  • Un sentiment d’agitation ou d’humeur changeante
  • Un sentiment de tristesse, de désespoir ou d’accablement
  • Avoir des pensées négatives sur le bébé
  • Ne pas s’intéresser au bébé, se sentir déconnecté ou avoir l’impression que votre bébé est celui de quelqu’un d’autre
  • Manquer d’énergie ou de motivation
  • Manger trop ou trop peu
  • Dormir trop peu ou trop longtemps
  • Avoir des difficultés à se concentrer ou des problèmes de mémoire
  • Se sentir inutile, coupable
  • Avoir l’impression d’âtre un mauvais parent
  • Ne plus prendre de temps pour soi
  • Vous vous éloignez de vos amis et de votre famille

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive, la dépression post-partum peut prendre de nombreuses formes. Si vous sentez dépassée après votre accouchement, n’hésitez pas à en parler à votre médecin, qui pourra vous accompagner dans la recherche des meilleures solutions pour retrouver votre bien-être.

La dépression bipolaire

Elle survient dans certains types de troubles bipolaires lorsqu’une personne connaît un épisode dépressif.

Le trouble bipolaire est un trouble mental qui entraîne des changements distincts dans l’humeur, l’énergie, la concentration et la capacité à accomplir les tâches quotidiennes.

Il existe trois types de troubles bipolaires, qui comprennent tous des périodes appelées épisodes maniaques, au cours desquelles vous vous sentez extrêmement  » remonté « , exalté ou énergique, et des épisodes dépressifs, au cours desquels vous vous sentez  » abattu « , triste ou désespéré.

Si vous êtes atteint de trouble bipolaire, il peut être difficile de reconnaître les effets néfastes de chaque « épisode d’humeur ».

Les personnes qui ont un épisode dépressif peuvent :

  • se sentir très triste, sans espoir
  • se sentir ralenties ou agitées
  • avoir de la difficulté à s’endormir, se réveiller trop tôt ou dormir trop longtemps
  • avoir un appétit accru et prendre du poids
  • parler très lentement, oublier des informations
  • avoir des difficultés à se concentrer ou à prendre des décisions
  • se sentir incapable d’effectuer des tâches de base
  • s’intéresser peu aux activités
  • avoir une libido réduite ou inexistante
  • avoir des pensées de mort ou de suicide.

Les symptômes d’un épisode dépressif se manifestent chaque jour pendant la majeure partie de la journée et peuvent durer plusieurs jours ou semaines.

Si le trouble bipolaire est traité, de nombreuses personnes connaîtront des symptômes de dépression moins nombreux et moins graves, s’ils connaissent des épisodes dépressifs.

Dépression et anxiété

La dépression et l’anxiété peuvent se manifester en même temps chez une personne. En fait, des recherches ont montré que plus de 70 % des personnes souffrant de troubles dépressifs présentent également des symptômes d’anxiété.

white and brown wooden tiles - Photo by Suzy Hazelwood on Pexels.com

Bien que l’on pense qu’elles soient causées par des éléments différents, la dépression et l’anxiété peuvent produire plusieurs symptômes similaires, dont les suivants

  • Une iirritabilité
  • Des difficultés de mémoire ou de concentration
  • Des troubles du sommeil

Les deux pathologies ont également des traitements communs. L’anxiété et la dépression peuvent toutes deux être traitées par

  • Une thérapie, comme la thérapie cognitivo-comportementale, réalisée par un psychologue
  • Des médicaments
  • Des thérapies alternatives, comme l’hypnothérapie

Si vous pensez présenter des symptômes de l’une ou l’autre de ces affections ou des deux, prenez rendez-vous avec votre professionnel de santé. Vous pourrez travailler avec lui pour identifier les symptômes coexistants d’anxiété et de dépression et la façon de les traiter.

Dépression et trouble obsessionnel-compulsif (TOC)

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est un type de trouble anxieux. Il provoque des pensées, des pulsions et des peurs indésirables et répétées (obsessions).

Ces peurs vous poussent à adopter des comportements ou des rituels répétés (compulsions) qui, vous l’espérez, atténueront le stress causé par les obsessions.

Les personnes atteintes d’un TOC se retrouvent souvent dans une boucle d’obsessions et de compulsions. Si vous avez ces comportements, vous pouvez vous sentir isolé à cause d’eux. Cela peut vous amener à vous isoler de vos amis et des situations sociales, ce qui peut augmenter votre risque de dépression.

Il n’est pas rare qu’une personne atteinte d’un TOC souffre également de dépression. Le fait d’avoir un trouble anxieux peut augmenter le risque d’en avoir un autre. Jusqu’à 80 % des personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif présentent également des épisodes de dépression majeure.

Dépression avec psychose

Certaines personnes ayant reçu un diagnostic de dépression majeure peuvent également présenter les symptômes d’un autre trouble mental appelé psychose. Lorsque ces deux troubles se produisent ensemble, on parle de psychose dépressive.

La psychose dépressive amène les personnes à voir, entendre, croire ou sentir des choses qui ne sont pas réelles. Les personnes atteintes peuvent également éprouver des sentiments de tristesse, de désespoir et d’irritabilité.

La combinaison de ces deux états est particulièrement dangereuse. En effet, une personne atteinte de psychose dépressive peut avoir des idées délirantes qui l’amènent à penser au suicide ou à prendre des risques inhabituels.

On ne sait pas exactement ce qui cause ces deux états ou pourquoi ils peuvent se produire ensemble, mais un traitement peut réussir à atténuer les symptômes. Les traitements comprennent les médicaments et l’électroconvulsivothérapie (ECT).

Comprendre les facteurs de risque et les causes possibles peut vous aider à être conscient des premiers symptômes.

Dépression pendant la grossesse

La grossesse est souvent une période de bonheur pour les gens. Cependant, il n’est pas rare qu’une femme enceinte souffre de dépression. La recherche a montré qu’il pourrait s’agir de la résultante du changement hormonal important subi par la femme.

grayscale photo of person holding pair of toddler s shoes - Photo by Monika Balciuniene on Pexels.com

Les symptômes de la dépression pendant la grossesse sont les suivants

  • Des changements d’appétit ou d’habitudes alimentaires
  • Un sentiment de désespoir
  • Une anxiété importante
  • Une perte d’intérêt pour les activités et les choses que vous aimiez auparavant
  • Une tristesse persistante
  • Des difficultés à se concentrer ou à se souvenir
  • Des problèmes de sommeil, notamment insomnie ou au contraire un sommeil excessif
  • Des pensées de mort ou de suicide.

Le traitement de la dépression pendant la grossesse peut être entièrement axé sur la thérapie par la parole et d’autres traitements naturels.

Bien que certaines femmes prennent des antidépresseurs pendant leur grossesse, on ne sait pas exactement lesquels sont les plus sûrs étant donné l’impact possible sur le bébé. Seul votre médecin pourra vous aider à choisir la bonne solution pour retrouver le bien-être.

Pour conclure

La dépression touche une part extrêmement importante de la population. Nous avons vu qu’il n’existe pas une mais de nombreuses dépressions. Cependant, de nombreux traitements existent et pourront vous permettre de retrouver l’équilibre.

Votre médecin pourra vous aiguiller sur la solution la plus adaptée à votre besoin personnel, que cela soit par une médication, une thérapie avec un psychologue ou par l’usage de compléments alimentaires par exemple.

Sources et disclaimer

Sources

https://www.healthline.com/ Cet article est traduit, retravaillé et enrichi sur une base de l’article sur la dépression du site healthline.com

Disclaimer

Les informations et les produits mentionnés dans cet article ne sont pas destinés à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie. Les informations fournies sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinées à remplacer les relations avec votre ou vos médecins.

Laisser un commentaire

Me suivre

Promis : la newsletter n'est pas trop invasive !